Dix caractéristiques des églises qui grandissent

Exemple

Les églises qui grandissent ont des points en commun. Elles ne croissent pas par hasard. Ces églises ont une vision et elles marchent vers cette vision. De plus, ses leaders sont des gens visionnaires. Ils ne se contentent pas de ce qu’ils ont. Ils veulent toujours plus de celui qui est le chef et la tête de l’église, à savoir, le Seigneur Jésus-Christ.

Christ est le chef de l’Eglise, qui est son corps, et dont il est le Sauveur. Éphésiens 5.23

Plus encore, les responsables (anciens) cherchent toujours des moyens pour s’améliorer et tenter de devenir plus pertinent dans ce monde qui les entoure.

Les membres tant qu’à eux, sont actifs dans ce monde en perdition. Ils n’ont qu’un seul but qui est celui de rechercher la brebis perdues et de la ramener au sein du corps de Christ. Leur seul désir est de voir l’église grandir et devenir, tel un phare, une lumière qui guidera les gens vers celui qui peut les sauver de la mort éternelle. Voyons maintenant ces 10 caractéristiques.

  1. Ces églises ont des leaders qui conduisent;
  2. Ceux-ci ont un désir de voir la puissance de Dieu;
  3. Ils croient fermement que Dieu a de grandes choses pour son église aujourd’hui;
  4. Ils reconnaissent qu’ils sont des gens ordinaires;
  5. Ils utilisent la technologie pour rejoindre les perdus;
  6. Les membres de ces églises sont passionnés pour Jésus;
  7. Ils ne se considèrent pas comme des spectateurs;
  8. Ils se voient comme des propriétaires et pas seulement comme des membres;
  9. Ce sont des gens généreux;
  10. Il y a une volonté de changer et de s’adapter.

C’est en observant ceux qui ont du succès que nous pourrons nous développer et découvrir ce que le Seigneur veut pour nous. Une chose est certaine, ce n’est pas le statu quo qui est la réponse à nos prières, mais une énergie nouvelle venant du Saint-Esprit qui nous poussera toujours plus en avant.

La Suite →
Exemple

La Bible nous enseigne que:

C’est lui qui a donné les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme évangélistes, les autres comme bergers et enseignants. Il l’a fait pour former les saints aux tâches du service en vue de l’édification du corps de Christ. (Éphésiens 4.11-12)

 J’ai dit, la dernière fois, que ces cinq dons ministères étaient différents des autres parce que ces dons de leadership étaient accompagnés de l’onction de Dieu. Le mot « onction » signifie littéralement « être recouvert d’huile ». La personne ointe du Saint-Esprit est littéralement recouverte complètement de celui-ci. Elle est donc modelée de façon particulière par Dieu pour accomplir la tâche qui lui est confiée.

Nous découvrons certains exemples d’hommes et de femmes, dans l’Ancien Testament, qui ont été oints et changés. C’est le cas de Saül lorsque Samuel lui a dit :

« L’Esprit de l’Éternel viendra sur toi; tu prophétiseras avec eux et tu deviendras un autre homme.» (1 Samuel 10.6)
Nous retrouvons aussi ce même cas avec des hommes du Nouveau Testament, par exemple l’apôtre Paul qui, après son expérience sur le chemin de Damas, n’était plus le même.
Une personne ointe pour exercer un don ministère sera aussi transformée. Nous entendons des gens dire : « Ce n’est pas moi! », « Je n’étais pas comme ça! » « Ce que je peux accomplir aujourd’hui, ce n’est pas moi qui le fais! » C’est normal, parce que ces personnes ointes sont recouvertes du Saint-Esprit qui les change, les transforme et leur permet d’accomplir les tâches auxquelles elles sont appelées. Celui ou celle qui possède un don ministères sera appelé(e) par Dieu et transformé(e) par le Saint-Esprit. Nous voyons qu’au moment où Saül a reçu son onction, Dieu changea son cœur :
« Dès que Saül eut tourné le dos pour se séparer de Samuel, Dieu lui donna un autre cœur et tous ces signes se réalisèrent le même jour. » (1 Samuel 10.9)

Ce changement s’opère de façon extraordinaire. C’est comme si le cœur de Dieu se déversait dans le cœur de la personne. Par exemple, le cœur d’un évangéliste débordera de compassion pour les perdus. Le cœur d’un berger sera débordant d’amour et du désir de prendre soin des gens. Ce sera de même pour les autres dons ministères ou onction comme le prophète, l’enseignant et l’apôtre. Chacun d’eux trouvera sa place pour exercer son don avec efficacité dans l’église locale.

En conclusion, nous savons que le Saint-Esprit agit au travers tout chrétien; cependant, la personne qui a reçu un don ministère particulier, venant du cœur de Dieu, deviendra un canal au travers lequel le Saint-Esprit se manifestera. Son action sera différente si c’est un berger, un enseignant ou autres. Une chose est certaine, cela permettra au Père de manifester sa grâce de façon différente chez les gens. Je crois qu’il est important de comprendre chacun des ministères. Dans les années à venir, nous les verrons s’activer dans l’église et en dehors pour rejoindre les perdus en leur apportant une connaissance même du cœur de Dieu et de sa grâce manifestée envers eux d’une façon particulière.

La Suite →
Exemple

Ce qui fait la force de la vision, c’est l’activation des cinq dons ministères ou onctions dans l’Église. Je devrais peut-être plus parler de réactivation puisque ceux-ci étaient déjà en action dans l’Église primitive. Au fil des prochaines semaines, nous allons aborder le rôle de chacun de ces dons au sein de l’église, comment ceux-ci s’articulent en parfaite cohésion dans le corps.

Comme vous le savez, la Bible dit, en Éphésiens 4.11-13:

« C’est lui qui a donné les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme évangélistes, les autres comme bergers et enseignants. 12 Il l’a fait pour former les saints aux tâches du service en vue de l’édification du corps de Christ, 13 jusqu’à ce que nous parvenions tous à l’unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu, à la maturité de l’adulte, à la mesure de la stature parfaite de Christ. »

Tout d’abord, nous découvrons, selon le contexte de ce passage, que c’est Jésus lui-même qui a donné ces onctions à l’église. Ces dons ministères ne sont peut-être pas bien compris aujourd’hui dans l’église, ce qui fait qu’ils ne sont pas mis en application.

Nous découvrons que c’est Jésus, lui-même, qui a donné à l’église des apôtres, des prophètes, des évangélistes, des bergers et des enseignants. Un fait intéressant est que tous ces mots sont au pluriel. Ce qui nous démontre qu’il y a plus qu’un pasteur dans une église et plus qu’un des autres dons ministères. Plus une église grandira et plus le Seigneur ajoutera à cette église des personnes avec ces dons pour assister l’apôtre que l’on appelle, aujourd’hui, le pasteur.

Nous constatons que Jésus a donné à l’église ces 5 dons ministères à différentes personnes parce que celles-ci, travaillant en parfaite cohésion les unes avec les autres, sont à même de mener à bien la mission de l’Église qui est de faire des disciples. Éphésiens chapitre 4 et le verset 12 nous donne le but de ces 5 onctions qui est de former les saints aux tâches du service. Nous savons que les chrétiens comprendront leur rôle au sein de leur église le jour où ils seront formés et édifiés. Sans les cinq dons ministères, actifs dans l’Église, la formation est inexistante, parce que c’est le rôle principal de ces onctions données par Jésus à l’Église.

En terminant, le verset treize d’Éphésiens chapitre 4 nous donne la période de temps dans laquelle ces dons doivent s’activer : jusqu’à ce que nous parvenions tous à l’unité de la foi, à la connaissance du Fils de Dieu, à la maturité de l’adulte et la stature parfaite de Christ. Donc, tant et aussi longtemps que nous vivrons dans cette tente, nous dit l’apôtre Pierre (2 Pierre 1.13), le travail ne s’arrêtera jamais dans l’Église jusqu’à ce que le Seigneur Jésus ne soit revenu.

En attendant son retour (Jacques 5.7), travaillons avec les dons, que le Seigneur nous a donnés, dans la formation et l’édification du corps de Christ, avec nos dons, comme lui-même le ferait s’il était parmi nous physiquement.

La Suite →
Exemple

Nous utilisons souvent l’expression « donner sa vie à Jésus ». Nous le disons et même nous le pensons. Dans les faits, qu’en est-il réellement?

Avons-nous totalement donné notre vie à Jésus comme nous le prétendons? La réalité est trop souvent bien différente. Nous souhaitons avoir donné notre vie à Jésus, seulement, dans les faits, nous en retenons une partie importante sur laquelle nous désirons garder le contrôle. Nous souhaiterions nous donner complètement à Jésus, mais quelque chose nous en empêche. Est-ce la peur de perdre quelque chose ou encore la crainte de ne plus être en contrôle de notre destinée?

Lorsque nous acceptons Christ comme Seigneur et Sauveur personnel, nous cédons alors tout le contrôle de notre vie entre ses mains. À partir de ce moment, il aura toute la latitude pour commencer son œuvre de restauration en nous.

De plus, nous lui permettrons d’entrer dans toutes les pièces de notre cœur et même les plus secrètes que jamais personne n’a visitées. Nous lui permettrons de commencer la restauration entière et complète de notre vie. Nous lui donnerons aussi le droit de nous dire la vérité en ce qui concerne notre personnalité et nous voudrons participer activement, avec lui, à cette restauration.

Pour cela, il est nécessaire de comprendre que nous avons été crucifiés avec Christ (Galates 2.20) et que la crucifixion signifie la mort à soi-même de façon lente et pénible.

Ma vie en Christ ne sera plus la même parce que, si j’ai été crucifié, il faut aussi que je sois ressuscité avec Christ. Après la mort à soi-même viennent la résurrection en Christ et une vie nouvelle qui commence dans le royaume de Dieu.

Sans la mort, il ne peut y avoir de résurrection et sans résurrection aucune vie nouvelle dans le royaume de Dieu n’est possible. La vie nouvelle passe inévitablement par la mort à soi-même.

La Suite →
Suivre par courriel:

Catégories

Statistiques du blog

  • 4 414 visites