Les trois axes

Exemple

Les trois axes sont entendre, connaître et suivre. Nous les retrouvons dans ce passage déclaré par Jésus et cité par l’apôtre Jean :

Mes brebis entendent ma voix ; je les connais, et elles me suivent.  Jean 10.27

Dans ce passage, ce qui est remarquable, ce sont les trois axes importants pour nous. Entre ce que nous entendons et faisons, il y a un Jésus qui connaît.

La première qualité d’un disciple est qu’il entend la voix de son Dieu. Il sait écouter pour recevoir. On dit que l’une des qualités premières d’une personne, c’est sa capacité d’écoute. Il nous est dit que si nous avons deux oreilles, c’est pour écouter plus que nous ne parlons. Malheureusement, trop souvent nous parlons trop. Nous n’écoutons pas assez, et cela, même dans notre relation avec notre Seigneur.

La seconde qualité des trois axes, c’est de le suivre. Après avoir écouté les instructions, le disciple sera enclin à obéir immédiatement. Il sera prêt à suivre Jésus dans ses pas sur le chemin que lui-même aura choisi. Entendre est une chose, mais se mettre en marche en est une autre.

Cette année, notre thème annuel est : « Agissons maintenant ». Nous aurons à mettre en pratique l’écoute et l’action. Ce sera une année exceptionnelle si nous apprenons à écouter pour savoir où Dieu veut que nous nous mettions à l’œuvre. Jésus marche déjà et il ne demande qu’une seule chose, c’est que nous le suivions. Pour cela, l’écoute sera primordiale.

Finalement, la chose qui se place entre l’écoute et l’action est vraisemblablement le fait que Jésus nous connaît. Il nous connaît par notre nom. Il connaît tout de notre caractère. Il sait de quelle nature nous sommes. C’est réconfortant de savoir que Jésus nous connaît à ce point. Pour certain, ce peut-être inquiétant, mais pour le disciple sincère cela est source de réconfort et d’assurance.

Entretenons une relation à deux sens avec Jésus. Cette année, prenons le temps de l’écouter pour entendre sa voix et découvrir là où il est en action et, sur son invitation, suivons-le sans compromis sachant qu’il nous connaît et que ce qu’il veut nous offrir est incontestablement la meilleure chose pour nous.

La Suite →
Exemple

Nous utilisons souvent l’expression « donner sa vie à Jésus ». Nous le disons et même nous le pensons. Dans les faits, qu’en est-il réellement?

Avons-nous totalement donné notre vie à Jésus comme nous le prétendons? La réalité est trop souvent bien différente. Nous souhaitons avoir donné notre vie à Jésus, seulement, dans les faits, nous en retenons une partie importante sur laquelle nous désirons garder le contrôle. Nous souhaiterions nous donner complètement à Jésus, mais quelque chose nous en empêche. Est-ce la peur de perdre quelque chose ou encore la crainte de ne plus être en contrôle de notre destinée?

Lorsque nous acceptons Christ comme Seigneur et Sauveur personnel, nous cédons alors tout le contrôle de notre vie entre ses mains. À partir de ce moment, il aura toute la latitude pour commencer son œuvre de restauration en nous.

De plus, nous lui permettrons d’entrer dans toutes les pièces de notre cœur et même les plus secrètes que jamais personne n’a visitées. Nous lui permettrons de commencer la restauration entière et complète de notre vie. Nous lui donnerons aussi le droit de nous dire la vérité en ce qui concerne notre personnalité et nous voudrons participer activement, avec lui, à cette restauration.

Pour cela, il est nécessaire de comprendre que nous avons été crucifiés avec Christ (Galates 2.20) et que la crucifixion signifie la mort à soi-même de façon lente et pénible.

Ma vie en Christ ne sera plus la même parce que, si j’ai été crucifié, il faut aussi que je sois ressuscité avec Christ. Après la mort à soi-même viennent la résurrection en Christ et une vie nouvelle qui commence dans le royaume de Dieu.

Sans la mort, il ne peut y avoir de résurrection et sans résurrection aucune vie nouvelle dans le royaume de Dieu n’est possible. La vie nouvelle passe inévitablement par la mort à soi-même.

La Suite →
Suivre par courriel:

Catégories

Statistiques du blog

  • 7 952 visites