Comment puis-je savoir si je suis enfant de Dieu?

Exemple

Lorsqu’une personne est invitée à faire une prière de repentance, nous lui disons que ses péchés sont désormais pardonnés, qu’elle est maintenant née de nouveau, qu’elle est devenue une nouvelle créature et que le Saint-Esprit habite en elle. Cela est vrai, mais pour plusieurs personnes une question demeure : Comment est-ce que je peux savoir si je suis réellement devenu un enfant de Dieu? Bien entendu, la question est légitime et nécessite une réponse.

La première chose qu’il nous faut savoir, c’est que ça n’a rien à voir avec les sentiments. De plus, pour ce qui est du spirituel, il ne faut jamais se fier à nos sentiments. Quelqu’un disait, en parlant des sentiments, que c’est un sens qui ment. Il avait bien raison. Si nous nous fions à nos sentiments, un jour nous sommes enfants de Dieu et le lendemain nous ne le sommes plus, un jour l’Esprit de Dieu habite en nous et le lendemain il est parti pour on ne sait quelle raison. Nos sentiments réagissent en fonction des événements qui nous environnent. Dans ce cas, c’est véritablement une vie de hauts et de bas que nous vivons, et ce n’est pas à ce genre de vie que le Seigneur nous appelle.

Donc, la question demeure, comment puis-je savoir si je suis enfant de Dieu? L’apôtre Paul répond à la question en toute honnêteté : « L’Esprit lui-même rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu. » (Romains 8.16) Selon ce passage, c’est l’Esprit saint qui nous confirme (rend témoignage) que nous sommes enfants de Dieu. C’est son Esprit qui parle à notre esprit. Nous obtenons le salut par la foi, certes, mais il est encore plus vrai que c’est l’Esprit saint qui corrobore à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu.

Nous devons apprendre à entendre la voix du Saint-Esprit. Faire la différence avec la voix de nos sentiments. Discerner quand l’Esprit parle ou encore lorsque ce sont mes sentiments qui parlent. Si vous n’êtes pas certain que vous êtes enfant de Dieu, demandez à Dieu de vous le confirmer. Demandez-lui de vous parler.

Trop souvent, nous n’entendons pas sa voix parce que nous voudrions qu’il nous parle de telle ou telle façon, mais Dieu communique de différentes façons et nous devons être attentifs pour bien entendre. Job dira : « Dieu parle cependant, tantôt d’une manière, tantôt d’une autre, et l’on n’y prend point garde. (Job 33.14)

Prenons garde à la manière que Dieu nous parle et accueillons ce qu’il veut nous dire en ce moment même.

La Suite →
Exemple

Nous sommes en droit de nous demander quelle partie de mon être communique avec Dieu. Nous savons depuis longtemps, et la Bible le confirme, que l’homme est formé de trois parties bien distinctes; l’esprit, l’âme et le corps.

Pour tenter d’expliquer la différence fondamentale de ces trois parties, nous pourrions dire que le corps entre en contact avec le physique. Nous sommes bien conscients de cet état de fait. Nous sommes faits de chair, et nous interagissons dans ce monde physique avec nos cinq sens.

L’esprit, quant à lui, interagit dans la sphère spirituelle. C’est par notre esprit que nous pouvons communiquer avec Dieu. Seulement, le langage de l’esprit n’est pas le même que celui que nous utilisons pour communiquer les uns avec les autres.

Par mon âme, j’entre en contact avec le domaine intellectuel. Nous savons que l’âme est le siège des émotions. Si nous manifestons une émotion, telle la joie ou la peine, cela vient de notre âme et se transmet à notre corps par des signes extérieurs comme des larmes ou des rires.

Je peux donc communiquer avec Dieu avec mon intellect, mon âme. C’est-à-dire que je peux communiquer avec Dieu par les mots du langage que j’utilise pour communiquer avec mes contemporains. Mentionnons que Dieu n’est pas limité par les langues que nous utilisons et qui sont pour nous des barrières de communications.

L’autre moyen, qui est très intéressant, c’est de communiquer avec Dieu par mon esprit. Notons ici que le langage de l’esprit est différent du langage que j’utilise quotidiennement pour me faire comprendre.

Donc, je peux communiquer avec Dieu en français, mais si les mots me manquent pour exprimer mes sentiments les plus profonds, qu’est-ce que je fais alors? Je me tais et je ne parle plus? Certainement pas! Dieu nous a donné le langage de l’esprit. Le chrétien né de nouveau et baptisé du Saint-Esprit a la capacité de communiquer avec Dieu par le parler en langues. Il exprimera alors les sentiments les plus profonds de son âme. Il communiquera donc avec Dieu par son esprit dans le langage de l’esprit. L’apôtre Paul nous dit qu’il parlait en langue plus que ses contemporains. (1 Corinthiens 14.18)

Prier en langues, c’est parler le langage de l’Esprit.

La Suite →
Exemple

Annoncez de jour en jour son salut; racontez parmi les nations sa gloire, parmi tous les peuples ses merveilles (1 Chroniques 16.23-24)

De tout temps, Dieu a toujours voulu se faire connaître aux peuples de la terre. Malheureusement, les gens ont toujours pensé qu’ils n’avaient pas besoin de Dieu pour fonctionner dans la vie.

Dieu, par la bouche des psalmistes, nous encouragea à annoncer son salut de jour en jour. C’est ce que nous avons comme mission aujourd’hui dans ce monde en perdition. Nous devons leur dire que Dieu les aime et qu’il a envoyé son fils Jésus mourir sur cette infâme croix pour eux, leur démontrant son amour ultime.

Les gens de notre génération ne connaissent pas Jésus, et c’est tragique. Ils vont mourir dans leurs péchés et ils vont passer l’éternité en enfer. Toute leur vie, ils auront souffert de maladies et auront vécu toutes sortes de difficultés. Certains penseront même que c’est ça l’enfer. Malheureusement, leur destinée éternelle sera encore pire que leur vie sur cette terre.

Dieu nous demande de raconter sa gloire parmi les nations. On doit raconter qu’il n’est pas le Dieu dépeint par la religion, un Dieu vengeur et toujours prêt à frapper quiconque ne se conduit pas comme il le faut.

La réalité est toute autre. Le Dieu que nous annonçons est un Dieu d’amour, un Dieu saint. Certes, il ne tolère pas le péché, mais il est toujours prêt à nous aider afin de nous en délivrer. Une vie sans Dieu est une vie sans fondement. Croire qu’il n’y a rien après la mort est une utopie.

Dieu a fait des merveilles. Il suffit de penser à l’infiniment grand tout comme à l’infiniment petit. Il faut vraiment vouloir ne pas croire pour accepter que tout cela soit le fruit du hasard ou d’un big bang quelconque.

Toutes ces théories, aussi insolites les unes que les autres, sont sans fondement et ne sont qu’un tissu de mensonges. Seule la Bible est la vérité et raconte avec émerveillement les choses que Dieu a créées, et c’est ce qu’il veut que nous racontions à ce monde en perdition.

La Suite →
Exemple

En tant qu’Église, quelle est notre priorité au 21e siècle? Qu’est-ce qui est le plus important pour l’Église aujourd’hui? Comment pouvons-nous prendre notre place dans ce monde?

La réponse à ces questions est encore et toujours la même depuis que l’Église est née après l’effusion du Saint-Esprit. Sa mission n’a pas changé. Ses objectifs de base sont toujours les mêmes. Sa vision est encore et toujours d’actualité.

Notre priorité au 21e siècle, en tant qu’Église, est toujours les perdus. Cherchez et trouver les perdus pour les faire entrer dans le Royaume de Dieu. Ce qui est le plus important est encore et toujours de témoigner de ce que le Seigneur Jésus a fait pour ce monde en perdition. Démontrer tout l’amour dont il a fait preuve en mourant sur la croix pour le péché.

Le mandat de l’Église, comme nous le voyons dans le livre des Actes, est de se structurer pour prendre soin des gens (Actes 6.1-6) et d’aller pour témoigner de ce que Jésus a fait. (Actes 1.8) Ce mandat n’a jamais changé, il est toujours le même. Et notre priorité, au 21e siècle, doit être qu’il reste toujours le même.

La joie dans le ciel ne s’exprime pas quand une Église se fait du bien et se dote de programmes pour se bénir elle-même. Au contraire, la joie dans le ciel s’exprime lorsqu’un seul pécheur se repent. (Luc 15.7) Cela ne devrait-il pas être notre objectif premier? Se réjouir à la vue d’un pécheur qui se repent! Nos programmes ne devraient-ils pas être secondaires ou conçus en fonction du commandement de Jésus d’aller? (Matthieu 28.19)

Nous pourrons prendre notre place dans ce monde lorsque nous sortirons de nos murs et commencerons à dire au monde qu’il y a de l’espoir pour eux, qu’il y a l’espérance d’une vie meilleure après la mort! Qu’attendons-nous pour aller!

La Suite →
Exemple

Reconnaissant

Je peux être reconnaissant pour bien des choses dans ce bas monde aujourd’hui. Par exemple, la vie, la santé, ma famille, mon travail, mes amis, mes talents, etc. Par-dessus tout cela, s’il y a une chose pour laquelle je me dois d’être reconnaissant, c’est le sacrifice de Jésus à la croix.

Jésus a choisi de venir mourir sur cet infâme bois dans un but bien précis. Celui de me délivrer de la condamnation qui pesait sur moi. C’est par amour qu’il l’a fait. C’est par amour pour moi qu’il est mort.

Aujourd’hui, toute ma reconnaissance monte vers mon sauveur qui a démontré tellement d’amour à mon égard et qui a payé un si grand prix pour que je puisse être sauvé de la damnation éternelle. Tout cela, il l’a fait par amour pour moi alors que je ne le connaissais même pas. Avant même que je sois né, il est mort pour moi.

Son sacrifice fait monter, en moi, une joie indescriptible. Maintenant, je sais que je suis aimé par le créateur de toutes choses. Dieu n’est pas seulement une puissance quelconque. Non, il est le Dieu créateur qui souhaitait ardemment entrer en relation avec moi.

J’ai maintenant une relation d’amour avec mon Dieu. Je sais que je suis aimé de lui et qu’il n’a pas hésité un seul instant pour me démontrer son amour.

Chaque goutte de son sang versé me démontre cet amour incommensurable. Chaque coup de fouet reçu me démontre combien il était prêt à souffrir pour me libérer. Chaque insulte me démontre comment je comptais pour lui.

Finalement, je sais que je suis aimé et je veux offrir à mon sauveur toute ma reconnaissance et mon amour en retour et cela sans compromis.

 

Pasteur Denis Thibeault
www.cclsje.com

 

La Suite →
Suivre par courriel:

Catégories

Statistiques du blog

  • 4 513 visites