Ce que Dieu demande de nous

Exemple

On t’a fait connaître, ô homme, ce qui est bien ; et ce que l’Éternel demande de toi, c’est que tu pratiques la justice, que tu aimes la miséricorde, et que tu marches humblement avec ton Dieu. Michée 6.8

Dieu ne nous laisse pas dans l’ignorance. Il sait nous faire connaître ce qui est nécessaire pour notre marche chrétienne. Dans ce passage du livre du prophète Michée, il est dit que Dieu nous a fait connaître ce qui est bien. Le mot bien a plusieurs qualificatifs : agréable, bon, excellent de grandes valeurs, etc.

Bien qu’il nous ait fait connaître ce qui est bien, la marche chrétienne ne s’arrête pas là. Dieu ne veut pas faire de nous des croyants passifs. Il nous invite à être au fait de trois choses; la justice, la miséricorde et l’humilité. Voilà ce qui fait de chacun de véritables croyants. Nous ne pouvons pas prétendre marcher avec Dieu sans ces trois éléments dans notre vie.

Voici ce que l’Éternel demande de nous: pratiquer la justice, aimer la miséricorde et marcher humblement avec Dieu.
Pratiquer la justice signifie de marcher avec droiture. Une marche honnête et franche avec son Dieu et les autres croyants. Ne pas se détourner à droite ou à gauche, mais toujours faire confiance à Dieu dans toutes les circonstances de notre vie. Encore faut-il avoir faim de justice pour en être rassasié. (Matthieu 5.6)

Aimer la miséricorde. Ce mot peut aussi être traduit par bonté. La bonté c’est une caractéristique fondamentale du chrétien mature. Il n’a aucun désir de vengeance. Il sait faire confiance à son Dieu en témoignant de la bonté et cela même à ses ennemis. Ce sont ceux qui manifestent de la bonté qui seront traités avec bonté. (Matthieu 5.7)

Marcher humblement avec Dieu. L’humilité a été la marque distinctive de tous les hommes de Dieu. C’était le cas pour Moïse qui marcha humblement avec son Dieu. L’humilité s’apparente à la pureté du cœur. (Matthieu 5.8)

Chacune de ces qualités que Dieu demande de nous était en Jésus. Il fut le serviteur parfait dans toute sa conduite. Il ne fut trouvé en lui aucun péché. Il sut se soumettre entièrement à la volonté de son Père.

L’exemple de Jésus est le modèle que nous devons suivre. Chercher constamment à obéir à ce que Dieu demande de chaque homme en gardant toujours en tête que la sanctification de tout notre être passe par l’obéissance à notre Dieu.

 

La Suite →
Exemple

Changer ma conduite

Mais, puisque celui qui vous a appelés est saint, vous aussi soyez saints dans toute votre conduite. 1 Pierre 1.15

Ce passage de l’apôtre Pierre est très révélateur. Dans un premier, temps, il nous décrit la nature de Dieu et dans un deuxième temps notre nature.

Nous lisons dans la Bible huit fois l’expression « car je suis saint ». Il ne fait aucun doute que la nature de Dieu est la sainteté. Nous savons que Dieu ne tolère aucunement le péché dans sa présence. Sa Sainteté est sa nature et non pas seulement un attribut de sa personnalité. Il est intrinsèquement saint.

De la même manière, il nous appelle à la sainteté. Cette nature qui nous était propre fut perdue lors de la chute au jardin. Toute l’œuvre de Dieu fut contaminée par le péché et ainsi détruite par celui-ci.

David va dire qu’il fut conçu dans le péché. (Psaumes 51.7) Notre nature même est complètement contaminée par le péché. Seulement, nous ne devons pas utiliser cette excuse pour justifier notre manque de consécration.

Le modèle que Dieu nous donne est un modèle de sainteté. Que ce soit en la personne du Seigneur Jésus ou de son Esprit Saint. Mais qu’en est-il de nous? L’apôtre nous donne ce commandement: « soyez saints dans toute votre conduite ». (1 Pierre 1.15) Pourquoi notre conduite? Parce que c’est là que nous devons veiller et encore travailler. Notre nature fut justifiée par le Seigneur Jésus, par sa mort sur la croix. Il était impossible autrement que nous soyons rendus saints. Seulement, il nous reste encore à veiller sur notre conduite et cela, personne ne peut le faire à notre place.

Dieu nous a laissé cette responsabilité de veiller sur notre conduite. C’est-à-dire de s’appliquer à adopter des habitudes de conduites saintes qui reflètent notre nature nouvelle. Après la conversion, si notre vie est devenue nouvelle, notre conduite devrait refléter en principe cette nouvelle nature.

Nous ne pouvons plus laisser le péché nous dominer. Nous devons changer notre conduite et adopter un comportement saint tout comme notre Père céleste.

 

La Suite →
Exemple

Aimez-vous les uns les autres, comme je vous ai aimés. Jean 15:12

Pendant son séjour sur la terre, Jésus nous a enseigné de nous aimer les uns les autres. Ce commandement pouvait paraître facile à respecter. En effet, il l’était tant et aussi longtemps que tout allait bien et que personne ne faisait des choses qui nous blessaient ou venaient à l’encontre de nos convictions.

Dans ce même passage, Jésus ajouta « comme je vous ai aimés ». Voilà l’essence même d’aimer les autres.
Jésus est venu sur cette terre et il a vécu avec nous (Jn 1.11). Il a ressenti la fatigue, la soif, la faim, le sommeil, il a certainement eu mal aux pieds à force de marcher. Il a même assurément ressenti la douleur dans ses muscles et dans son corps en se levant le matin tout comme nous.

Encore, les gens l’ont blessé physiquement et émotionnellement. Ils l’ont fait souffrir avant de le clouer sur cette infâme croix. Dans tout cela, Jésus nous a profondément aimés. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il a accepté de souffrir et de mourir à notre place.

En retour, il nous demande de nous aimer les uns les autres comme il nous a aimés. Nous avons ce devoir d’aimer les gens qui nous entoure, et cela même s’ils nous font souffrir, nous déshonore, nous blesse ou encore raconte des faussetés à notre sujet.

Tout comme notre maître, nous avons à souffrir dans ce monde si nous nous affichons pour la vérité. D’ailleurs, les gens ne tarderont pas à nous faire souffrir par leurs paroles désobligeantes.

L’apôtre Pierre nous dit de nous aimer « ardemment » (1 Pi 1.22). C’est la marque distinctive des disciples du Seigneur Jésus. Le croyant, sera toujours prêt à aider et non à réprimander. Il voudra prendre soin plutôt que de blâmer. Il s’efforcera de ne pas juger afin d’apporter réconfort et soutien à celui qui a maille à partir avec le péché ou encore qui est faible dans sa foi.

L’amour couvre toutes les fautes (Pr 10.12) l’amour de Jésus à complètement recouvert toutes nos fautes. Il n’a pas tenu compte de notre nature pour nous aimer. À plus forte raison, ne devrions pas faire de même?

La Suite →
Suivre par courriel:

Catégories

Statistiques du blog

  • 9 370 visites