Un ADN bien à nous (1ère partie)

Exemple

Un ADN bien à nous (1ère partie)

Chaque organisme vivant possède un ADN bien à lui. Un ADN qui le différentie des autres. C’est ce qui le rend unique. Puisque l’ADN est différent pour chacun.

Ici au Centre Chrétien Lac-Saint-Jean-Est nous avons notre ADN bien à nous. Nous avons une identité unique qu’aucune église dans cette ville, cette région et même cette province ne possède. Nous sommes ce que Dieu a voulu que nous soyons. Rien de moins et rien de plus. Exactement comme il a voulu.

Notre caractère unique nous permet de nous différencier des autres églises, mais en étant tout aussi complémentaire.

Nous avons une mission qui nous est propre. Une mission qui nous vient de Dieu. Nous avons aussi un champ d’activité qui est bien à nous et dans lequel nous pouvons nous développer, nous épanouir et croître encore et toujours davantage.

Dieu nous a tout spécialement placés ici dans cette ville pour que nous accomplissions son plan rédempteur merveilleux. Dieu nous a donné deux choses merveilleuses que nous pouvons exploiter.

La première chose, que nous allons voir cette semaine, est que Dieu a assigné à notre ADN le ministère de la réconciliation.

« Et tout cela vient de Dieu, qui nous a réconciliés avec lui par Christ, et qui nous a donné le ministère de la réconciliation. (2 Corinthiens 5:18)

Nous avons dans notre ADN le ministère de la réconciliation. Nous avons à réconcilier les gens avec Dieu. Les amener à la connaissance du Fils de Dieu afin qu’ils soient sauvés. Ce ministère nous est propre à nous et nous donne une identité unique.

Il y a des gens dans cette ville qui ont désespérément besoin de Dieu. Ils ont besoin de savoir qu’ils peuvent être réconciliés avec Lui par  Christ et recevoir la vie éternelle. Ce ministère nous est donné par Dieu qui nous a d’abord réconciliés avec Lui.

À suivre…

La Suite →
Exemple

En tant que croyants, nous avons souvent des problèmes avec notre identité. Nous manquons de confiance et nous avons besoin de nous faire rassurer ou encore de toujours valider auprès des gens nos agissements. D’un autre côté, nous manquons aussi d’assurance et c’est alors que nous recherchons l’approbation des personnes tout autour de nous.

Ce comportement n’est pas normal. Notre valeur ne vient pas des gens qui nous entourent, mais de Dieu. C’est lui qui nous a créés et qui nous a définis en tant que personne. Si nous étions spirituellement matures, nous n’aurions pas besoin de l’approbation des gens pour fonctionner dans la vie. Nous irions à Dieu, notre créateur pour rechercher tout ce dont nous avons besoin pour fonctionner. La valeur que nous avons à ses yeux vaut plus que n’importe quel encouragement ou approbation que nous pourrions recevoir des gens qui nous entourent.

Jésus n’avait pas de problème avec son identité. Il savait que ce qu’il faisait c’était son Père qui le faisait à travers lui. Il ne cherchait pas la gloire des hommes. Au contraire, il fuyait les foules pour ne pas se faire élever à un rang que son Père ne lui avait pas permis.

Un jour, Jésus a guéri dix lépreux. (Luc 17.12-19) Ils lui demandèrent d’avoir pitié d’eux. Jésus leur dit d’aller se présenter aux sacrificateurs comme c’était la coutume selon la loi. Honnêtement, les sacrificateurs ne devaient pas voir souvent dix lépreux venir en même temps pour confirmer leur guérison. C’était un miracle extraordinaire.

Seulement Jésus ne prenait pas la gloire qui ne lui revenait pas. Il savait que lorsqu’il faisait un miracle, c’était Dieu qui le faisait au travers lui tout comme nous aujourd’hui.

Il aurait pu être frustré que les lépreux guéris ne viennent pas lui dire merci ou encore lui démontrer un peu de reconnaissance pour ce qu’il leur avait fait. Cependant, l’un d’eux se voyant guéri revint sur ses pas et pour remercier Jésus. Ce qui est frappant dans ce texte, c’est que Jésus ne s’est pas approprié la gloire un seul instant. Il dit :  » Ne s’est-il trouvé que cet étranger pour revenir et donner gloire à Dieu ?  » (Luc 17.18) Il n’a pas dit:  » pour venir me remercier « . Non, il a dit pour venir donner gloire à Dieu.

Qu’en est-il de nous? Recherchons-nous la gloire des hommes? Nous attendons-nous à ce qu’ils viennent nous dire merci lorsque nous avons fait ce que Dieu nous demandait de faire? Rendons à Dieu la gloire qui lui revient et ne cherchons pas l’approbation des hommes.

La Suite →
Suivre par courriel:

Catégories

Statistiques du blog

  • 9 370 visites